Le manoir abandonné… et ses revenants

Ce mois-ci, Sylviane, propriétaire de La Villa Jeanne d’Arc, dans le Pas-de-Calais, revient sur l’histoire et les anecdotes qui ont accompagné le développement de ses chambres d’hôtes.

“Renaissance, oui ce mot est encore d’actualité pour le Manoir et sa fermette venus du XIXè siècle. Héritage lourd financièrement, nous sommes les nouveaux propriétaires depuis une vingtaine d’années, et je dois vous avouer que nous ne savions pas comment le relever, le mettre en valeur…

“De fil en aiguille”

Chambres d'hôtes Nord-Pas-de-Calais : Villa Jeanne d'ArcUn article m’interpella un jour avec pour titre : ‘Pourquoi ne pas recevoir le monde entier chez vous ? Créez des Chambres ou des Gîtes !’.  De fil en aiguille, de réunions en réunions, mon projet prit forme et après de longues réflexions, de longues discussions, contact fut pris avec des entrepreneurs pour le gros œuvre et le reste fait par nous-mêmes.

Ne travaillant plus, devenue Mère au foyer, je trouvais là une très belle opportunité de recevoir, accueillir et par delà même, de contribuer financièrement à la renaissance de cette belle propriété.

Et c’est dans les anciennes étables que les trois chambres commencèrent à prendre forme. Des étables qui à l’origine servaient à l’élevage de chevaux destinés au travail au fond de la mine. Triste sort pour ces braves bêtes, qui ne remontaient à la surface que morts ou aveugles !

“Ma plus belle émotion”

Villa Jeanne d'Arc : souvenirsAvril 1995, ouverture de nos trois chambres. Et notre premier touriste, arrivé chez nous dans ce même mois, fut ma première et plus belle émotion !

Je me souviens parfaitement d’un Américain. Il avait été bombardier pendant la seconde guerre mondiale. Il m’a dit qu’il voulait s’excuser auprès des Français du coin avant de partir pour le bon Dieu.

Et puis, plus tard, nous avons accueilli un second américain. Il est arrivé en vélo. On a l’habitude des aventuriers, mais lui avait traversé en vélo toute l’Amérique en passant par le Canada ; puis il avait parcouru l’Écosse, l’Angleterre, la Hollande, la Belgique, une partie de la France… C’était un menuisier qui effectuait l’équivalent du compagnonnage. Avant de repartir, il m’a demandé l’adresse de son compatriote.

Bonheur et courage

Plusieurs mois après, j’ai reçu un coup de fil : “I am the number one” (je suis le numéro un), m’a dit le premier Américain. Puis il m’a passé le second : ils s’étaient retrouvés à Seattle, où ils habitent, et ils étaient devenus amis grâce à leur passage par le manoir. Le monde est petit !

Dès le début nous étions conscients qu’il nous faudrait des années et des années, beaucoup de finances à investir, des privations au quotidien… mais le bonheur de voir renaître ces bâtiments nous permet encore aujourd’hui de garder courage et de conserver le cap pour la suite des travaux ! Grâce à vous tous qui venez chez nous, pour une nuit, ou plusieurs jours, notre propriété se relève tout doucement !”.

Sylviane
La Villa Jeanne d’Arc

4 thoughts on “Le manoir abandonné… et ses revenants

  1. chantal

    Bonne continuation et persévérance Villa Jeanne d’Arc et beaucoup de visiteurs pour 2010
    Chantal Le Fitoun à Paziols Aude Pays Cathare

    Reply
  2. Pingeot Christian

    Bonjour, nous avons une histoire comme la votre, arrivés avec nos 5 enfants et ma femme bénédicte enceinte du 6éme, dans un chateau a restauré, en 1999. Nous avons faits des gîtes et maintenant des chambres d’hôtes.
    Nous savons le travail que ça procure, et sommes solidaire de votre aventure.
    Cordialement.
    Christian Pingeot

    Reply
  3. sabine

    Bonjour,

    Nous avons acquis une demeure sur un coup de foudre il y a 10 ans et avons ouvert 2 chambres d’hôtes, 1 gîte et un atelier pour mon artiste de mari. Nous avons encore beaucoup de murs en pierres a remonter, des projets en têtes mais un réel bonheur de recevoir ” en amis”. Beaucoup de travail et de fatigue certe mais beaucoup de bonheur.
    Je vous souhaite de poursuivre votre superbe aventure en ayant toujours autant plaisir dans votre coeur.
    Cordialement.

    Sabine, le clos du Payen

    Reply
  4. Pascal

    Bonjour!
    Belles aventures que peut nous procurer la vie.Ainsi s’attacher a d’anciennes demeures leur redonner leur charme d’antan,et surtout la vie…Chacun d’entre nous a contribuer de sa modeste personne a rénover,retapper,rengaillardir ces “vieilles bâtisses” et pouvoir par choix leur donner un style ,un art de vivre,de s’y sentir bien au point de réussir l’accueil de visiteurs, d’hôtes,qui parfois deviennent des amis mêmes.N’est-ce pas là une belle récompense,? après et toujours tant de travail qui nous motive et nous enthousiasme.
    Au plaisir de partager plus longuement une autre fois
    Bonne continuation à tous
    Pascal H.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *