Tag Archives: Propriétaires

“Nous sommes toujours aussi enthousiastes à commencer une nouvelle saison”

Aujourd’hui nous donnons la parole à Jean-Paul qui, avec sa femme Delphine, est le propriétaire des chambres d’hôtes Le Jardin de Coramille, situées à Baguer-Pican (Ille-et-Vilaine) dont le salon a été élu sur Facebook comme étant le plus chaleureux parmi tous ceux que nous vous proposions.

“Tout d’abord je remercie toutes les personnes qui ont voté pour notre salon il reflète ce que nous voulons donner à nos hôtes, de la chaleur et de la convivialité.”

Il faut se faire connaître, se démarquer
“Le jardin de Coramille a été créé en 2007. Je suis originaire du nord de la France et j’ai rencontré ma femme en Bretagne. Nous avons vécu à 10 km d’ici. Les débuts sont toujours difficiles, il faut se faire une place, se faire connaître, se démarquer. La création du jardin bio, de type jardin de curé, a aidé à nous faire connaître.

Notre maison est une longère typiquement bretonne, en pierre de pays, avec une extension totalement en bois et un jardin de 5 000m² en bio avec son rucher. Nous avons 2 chambres dans la partie “pierre”, déco très naturelle (coco, chaux, poutre) et 2 chambres dans la partie “bois” (tout en bois et déco plus moderne), sans oublier la cabane perdue au fond du jardin et les 2 roulottes gîtes…. Ma femme s’y consacre à 100%, elle est toujours présente et disponible pour aiguiller et conseiller les gens en recherche de bonnes infos, de bons restos. Moi, je m’occupe du jardin et des ruches mais j’ai un travail à l’extérieur.

Nous voyageons grâce à nos hôtes
La relation avec nos hôtes nous apporte de nombreux échanges, sur notre région, mais pas que, sur toutes les régions, tous les pays, nous voyageons grâce à nos hôtes qui nous racontent leur voyage. Cela nous permet également de faire découvrir la Bretagne, les produits du terroir, les divers endroits à ne pas manquer (encore méconnus pour certains). Nous sommes heureux de pouvoir faire connaître et aimer cette belle région qu’est la Bretagne … Beaucoup de nos clients viennent tout d’abord pour le mont St-Michel et finalement repartent avec pleins d’autres souvenirs (Dinan, Dol-de-Bretagne, st Malo, Cancale, le Mont Dol, Becherel, …). Nous avons la chance d’habiter à 5 minutes de Dol-de-Bretagne, ancienne cité épiscopale, très jolie ville avec sa cathédrale et ses maisons du 12ème siècle. La ville est très dynamique et organise beaucoup de choses l’été pour faire valoir la culture bretonne !!

Ce qui est intéressant, outre toute cette culture, c’est de faire découvrir les traditions gourmandes. Ma femme prépare un caramel au beurre salé pour chaque petit déjeuner qui ravit tout le monde et n’hésite pas à faire des crêpes et pancakes au lait ribot, un vrai délice !

Forcément beaucoup de très bons souvenirs
Nous n’avons pas eu réellement de mauvaises expériences. De très bons souvenirs il y en a forcément beaucoup…. Une famille nous a particulièrement marqués : un couple avec un enfant, dont le séjour a mal commencé. La maman a dû être hospitalisée d’urgence et le papa devait donc rester auprès d’elle. Nous avons proposé de garder Tristan pour lui faire profiter de ses vacances, il s’est d’ailleurs très vite bien entendu avec notre fils et nos chats !! Nous en avons donc profité pour jouer « les touristes » et faire pas mal d’activités afin qu’il garde de bons souvenirs de cette mésaventure ! Ils sont d’ailleurs revenus l’année suivante, ce qui nous a permis de profiter d’un bon resto tous ensemble !!

Si c’était à refaire, nous recommencerions. Nous sommes toujours aussi enthousiastes à commencer une nouvelle saison, à accueillir nos clients habitués, ainsi que les nouveaux.

Secrets de cuisine des propriétaires de logements

Une escapade à la campagne ne serait pas complète sans le plaisir de goûter à quelques spécialités régionales et le bonheur de partager de bons petits plats faits maison. Chez les propriétaires de logements ruraux, l’hospitalité et les dons culinaires vont souvent de paire. D’ailleurs, de nombreux gîtes et chambres d’hôtes proposent le repas du midi ou du soir.

Pour vous donner un avant-goût des saveurs que vous pourrez découvrir durant votre prochain séjour, les propriétaires du Clos Saint Ange et Les Maisons Pougnadoires ont aimablement accepté de partager avec nous 2 de leurs recettes secrètes : le cassoulet de la mer et la flaune, un dessert typique du sud-Aveyron.


Cassoulet de la Mer par Dominique, Serge et les Anges du Clos Saint Ange à Vildé-Guingalan (Côtes-d’Armor)

Ingrédients :

50 gr par personne de haddock 50 gr par personne de saumon
50 gr par personne de cabillaud ou merlan Crevettes
Cocos de Paimpol 1 tomate
2 carottes 2 oignons
1 bouillon cube de volaille 1 bouquet garni

Élaboration :

Cocos de Paimpol à cuire avec 1 tomate sans peau, 2 carottes et 2 oignons en tous petits morceaux, eau (de source) à fleur avec 1 bouillon cube de volaille et un bouquet garni, à petits bouillons environ 30 minutes.
Mettre le haddock dans le lait pendant quelques heures pour l’adoucir. Retirer la peau et les arêtes des poissons et les couper en gros cubes.
Lorsque les cocos sont cuits, les disposer au fond d’une cocotte individuelle en grès avec un peu de jus de cuisson, poser dessus joliment les cubes de poisson et 2 crevettes, assaisonner légèrement (sel, poivre sauf sur le haddock) et parsemer de persil coupé menu avec des ciseaux. Mettre les couvercles des cocottes. Placer au four à 90° pendant au moins 30 minutes (baisser à 80° si ça doit attendre plus longtemps).
Servez seul ou avec une sauce beurre blanc aux échalotes ou même une sauce tomate et régalez-vous !

La Flaune par Isabelle et Thierry Favier des Maisons Pougnadoires à Sainte-Enimie (Lozère)


Ingrédients :

1 pâte brisée 600 gr de recuite de brebis
125 gr de sucre 4 œufs entiers
2 cuillères à soupe de fleur d’oranger

Élaboration :

L’ingrédient de base, la recuite de brebis, est un noble déchet obtenu lorsque l’on chauffe le petit-lait issu lors de la fabrication du fromage de roquefort. Le précieux ingrédient sera mêlé à quelques oeufs et un peu de sucre puis étalé sur une pâte brisée parfumée à la fleur d’oranger. Le tout passera au four 40 minutes (thermostat 7) avant d’agrémenter la fin de votre repas. Ce plat saisonnier se consomme traditionnellement au printemps et en été, car la recuite ne se procure qu’en période de production de lait dans les élevages de brebis.

Un grand merci aux propriétaires pour avoir partager avec nous leurs recettes. Il ne reste plus qu’à les suivre ! Bon appétit !

Comment créer un blog autour de votre logement

Un blog est un site internet où vous pouvez actualiser régulièrement des contenus sur votre logement rural. C’est l’outil idéal pour tenir à jour vos habitués qui pourront commenter et partager vos nouveautés sur les réseaux sociaux.

Avez-vous déjà pensé à créer un blog ? Voyons comment faire pour que votre blog soit la clé de votre stratégie en ligne.

Pour créer votre blog, vous devez tout d’abord choisir un des systèmes de gestion de contenus qui existent comme : WordPress.com, Blogger ou Typepad…, faciles d’utilisation et gratuits. Nous, nous utilisons la version téléchargeable wordpress.org, plus personnalisable, elle permet d’inclure de nombreux widgets (applications) mais nécessite un serveur externe. Si vous souhaitez créer un blog plus simple, préférez une des plateformes ci-dessus.

Une fois familiarisé avec le système, vous pourrez choisir le format (le design), changer l’apparence du blog, modifier l’en-tête ou le fond avec des photos de votre logement et inclure, ou non, les widgets que vous souhaitez (calendriers, liens vers d’autres blogs, nuage de mots-clés, etc.).

Les blogs se composent de billets (posts) qui disposent d’une URL unique appelée permalink. Pour donner plus de visibilité à vos billets sur les moteurs de recherche comme Google, il est conseillé de changer cette URL par une autre qui contienne les mots les plus importants du post, d’ajouter des mots-clés et d’attribuer une catégorie à chaque billet.

Pour votre premier article, une bonne idée serait de souhaiter la bienvenue à vos lecteurs. Pour ne pas que vous vous retrouviez à court d’idées, voici quelques thèmes :

– Visites intéressantes dans la région : décrivez tous les charmes de votre région et partagez vos coups de cœur et vos bons plans, tout ce que les guides touristiques n’apportent pas.

– Activités et cours d’initiation que vous organisez dans votre gîte ou votre chambre d’hôtes. N’hésitez pas à inclure des photos de ce que vous proposez.

– Histoires et anecdotes personnelles : racontez vos meilleurs souvenirs, partagez votre expérience en tant que propriétaire de logement rural, vos coups de gueule et vos coups de cœur.

– Offres et promotions : avec modération. Vous  pouvez publier du contenu commercial sur votre blog mais n’en abusez pas, au risque de lasser vos lecteurs.

Un blog permet également, outre la publication de billets, la création de pages statiques où vous pourrez inclure des informations sur votre logement (adresse, description, prix, etc.)

Une fois avoir décidé des thèmes que vous allez traiter, élaborez un calendrier, cela vous permettra de vous organiser et de bien contrôler toutes vos publications.

Les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Google+ sont un bon moyen de diffusion de vos billets. N’hésitez pas à insérer des boutons de partage sur votre blog pour que vos lecteurs puissent partager votre contenu facilement sur les réseaux sociaux.

Quelques bonnes pratiques à prendre en compte :

– Référencer et  insérer des liens vers d’autres blogs quand vous les avez utilisés comme source ou quand ils apportent un complément d’information à votre contenu.

– Générer une communauté autour de votre blog en répondant aux commentaires de vos lecteurs et en donnant votre avis sur d’autres blogs.

-Respecter les licences et les droits d’auteurs. Si vous avez besoin de matériel photographique, vous pouvez l’acquérir ou utiliser les documents sous licence Creative Commons.

– Souscrivez à un annuaire de blogs comme Alianzo o Blogbuzz qui vous permettrons d’améliorer votre diffusion et voir votre évolution.

En espérant que ces conseils vous seront utiles, il ne vous reste plus qu’à vous lancer maintenant. N’oubliez pas de partager votre expérience avec nous !

“Nous faisons partie de l’image de marque de notre région d’adoption”

Aujourd’hui nous donnons la parole à Stéphane, propriétaire du Clos du Suquet, gîte des Alpes-Maritimes que vous avez élu sur Facebook comme le logement ayant la plus belle piscine parmi les 8 proposés.

“Avant de parler de nous et de notre location, je voudrais remercier tous les gens qui ont apporté leur soutien à notre candidature pour ce concours, et aussi pour le concours de la plus belle vue. Certains jugeaient seulement les photos, d’autres ont jugé bon de mettre un mot pour parler de leur séjour chez nous. Qu’il soient en France, en Belgique, en Suisse ou au Canada, qu’ils sachent que nous apprécions leur vote et leurs messages.”

Profiter de la région sans se ruiner
“L’hébergement au Clos du Suquet a débuté en 1998, lorsque nous avons quitté notre Belgique natale pour venir nous installer dans cette grande maison dont ma compagne avait hérité. La taille, le cadre et l’envie que tant de gens ont de pouvoir prendre des vacances au soleil, ont fortement influencé notre décision d’aménager la maison pour proposer des appartements de location brève. A force d’entendre nos amis et proches nous demander “On peut venir chez vous quelques jours ? La piscine a l’air si bien, avec une telle vue !”, nous avons donc fini les travaux et aménagé trois appartements pour nos visiteurs. Et bien entendu, nous avons gardé le quatrième appartement pour nous – car nous habitons sur le site, ce qui explique certainement pourquoi beaucoup de nos visiteurs sont appréciatifs de l’entretien de la maison et de la propriété. C’est tellement plus facile quand on est sur place !

Les locations ont très vite démarré dès 1999. Je pense que nous avions bien estimé le budget que les vacanciers pouvaient mettre dans une location, sans les étrangler et les priver d’autres plaisirs. Il nous semblait important que les gens puissent profiter de cette partie de la France, sans pour autant se ruiner. Et nous avons d’ailleurs modifié nos tarifs une seule fois depuis notre ouverture, après plus de dix ans d’activité.”

Un cadre qui se prête au rêve
“Il faut aussi dire que le cadre se prête au rêve. Depuis la terrasse de la piscine, notre jardin donne l’impression de s’étendre jusqu’à la plage entre Cannes et Mandelieu. On ne voit absolument pas la route en bas de la propriété, la vue est totalement dégagée depuis le lac de Saint Cassien jusqu’au château de Cagnes. Et je pense que c’est ce panorama qui attire beaucoup nos visiteurs, sans oublier la décoration que ma compagne a particulièrement peaufinée.

Nous avons aussi pu faire comprendre aux visiteurs que la région ne se limite pas à la plage ou la piscine. Nous sommes à une heure des pistes de ski, par exemple. Et proches des vignobles du Var, ou des truffières et autres merveilles gastronomiques de cette belle région PACA. Nous pouvons donc proposer notre hébergement toute l’année. Imaginez, un forfait ski le matin dans une petite station sympathique et familiale et l’après midi sur la plage, ou à bord d’un bateau avec un de nos partenaires. Qui s’attendait à cela en parlant de la Côte d’Azur ? Je salue en passant nos partenaires, qu’ils soient centres équestres, les loueurs de bateaux, les moniteurs de plongée, les centres touristiques et tous ceux qui sont repris sur notre site.”

Laisser ses locataires indépendants mais pas dans l’ignorance
“Il faut quand même préciser que nous avions eu notre propre expérience de locataires avant de nous lancer dans une telle activité (qui n’est d’ailleurs pas ma profession principale, j’ai aussi un emploi de bureau très classique). Confrontés parfois à des intermédiaires trop “présents”, nous avions pris la décision que nous laisserions nos locataires dans la plus grande indépendance – sans pour autant les laisser dans l’ignorance ! Nous sommes volontiers disponibles s’ils ont besoin de notre aide, de nos connaissances, de nos réseaux de contacts, ou même pour une réservation de restaurant ou autre. Au delà de cela, nous évitons de trop nous montrer et donc d’entrer dans leurs vacances. Tout au plus, quelques consignes rapides que nous leur donnons à l’arrivée, comme par exemple leur dire qu’ils peuvent parfaitement faire la connaissance de leurs voisins, et d’organiser des activités en groupe. Est-ce cette liberté qui plaît aussi à nos locataires ? Je leur laisserai le soin de le dire.

Cela me rappelle une année, où des visiteurs de la région de Toulouse étaient dans l’un de nos appartements. Dans le second, des Belges. Dans le troisième, une famille de Nordistes. Le hasard de la circulation avait voulu qu’ils étaient tous arrivés au même moment, et donc je leur faisais la présentation à tous en même temps. Dans la conversation, je leur ai dt qu’ils étaient tout à fait libres de lier connaissance et de prendre l’apéro collégialement au bord de la piscine, s’ils le voulaient. Au delà de ce premier verre, l’idée d’activités communes leur a plu. Ils ont donc décidé de programmer un goûter pour tous les enfants chaque jour vers 16.30 Ensuite, c’était le tour des parents, pour un apéro plus adulte à 17.30 avec ordre aux enfants de respecter les groupes d’âge et donc de ne pas visiter les plats des grands, par exemple. Ils organisaient également des animations – jeux de rôle, ateliers scoubidous, leçons de natation pour tous les enfants, et j’en oublie certainement. Nous avions une équipe incroyable, qui a passé des vacances tout à fait inattendues et fort agréables.

Nous avons également eu des locataires qui logeaient dans les deux appartements voisins au bord de la piscine, et qui ont par la suite continué de se retrouver pour leurs vacances suivantes. Et combien d’enfants sont repartis de chez nous en ayant abandonné les bouées, et en ayant maîtrisé la technique du plongeon. Un dernier souvenir émouvant, cette petite fille que nous avons rencontrée un été dont les parents nous avouèrent qu’elle avait été conçue chez nous quelques années auparavant. Je pense effectivement que c’est cette bonne ambiance qui a suscité autant de support lors des deux concours sur Facebook !”

Ambassadeurs d’une région
“Cette activité nous a également permis de comprendre l’importance de notre rôle dans la région, en tant que professionnels de l’hébergement touristique. Nous faisons partie de l’image de marque de notre région d’adoption, et j’estime que notre rôle est donc de faire connaître celle-ci à nos visiteurs. C’est pour cette raison que nous mettons un point d’honneur à répondre aux demandes que nous recevons, même lorsque nous ne pouvons y donner une suite favorable. Nous présentons quand même des alternatives à ces personnes qui nous contactent – et c’est pour cela que nous sommes très heureux quand les gens nous en remercient – plutôt que de laisser notre réponse comme lettre morte.

Après ces années d’activité, le résultat est très satisfaisant, surtout d’un point de vue humain. Nous avons tissé des liens avec des personnes venant de nombreuses régions ou pays ou continents, et nous avons également pu encore développer notre réseau de partenaires locaux. Cela nous permet en retour de proposer de réellement bonnes adresses à nos locataires, et d’encore améliorer leurs vacances. C’est un réseautage très gratifiant, très humain et très agréable. Et lorsque nous nous rendons dans d’autres régions, nous pouvons apprécier l’hospitalité de nos hôtes encore mieux.

Un dernier mot pour conclure, je salue les propriétaires du Gîte Le Bout du cap Corse, qui avait gagné le concours de la plus belle vue. S’ils regardent un peu plus à gauche, ils devraient nous voir – avec notre altitude de 450 mètres, nous pouvons voir leur profil au lever du soleil, depuis la terrasse. Et nous passerons certainement les voir lors de notre prochain voyage sur l’Île de Beauté, j’avais justement prévu de passer à Venturi lors de notre prochain séjour chez nos amis Corses.”

Histoire d’une vie rurale au bout du Cap corse

Aujourd’hui nous donnons la parole à Jean, propriétaire des gîtes Le Bout du Cap Corse, un logement situé en Haute-Corse que vous avez élu sur Facebook comme celui ayant la plus belle vue parmi ceux que nous vous avions proposés. Il nous décrit en quoi le panorama depuis ses gîtes est exceptionnel et nous en dit plus sur son expérience de propriétaire.

Une impression de « bout du monde »
“Notre vue a ceci de particulier : nous sommes dans une île et nous sommes à la pointe septentrionale de cette île. Nous éprouvons donc – et nos visiteurs aussi – une impression de « bout du monde », qui permet un exceptionnel dépaysement, ainsi qu’un sentiment d’évasion, facilité par l’ouverture que la vue procure, comme par l’aspect « sauvage », préservé de l’endroit. Cohabitent donc cette sensation de finitude et d’ouverture, puisque comme la photo l’a montré, il nous arrive assez souvent d’avoir vue sur l’Italie.

Enfin, nous avons la chance de bénéficier de conditions de nature authentique, car cette pointe du Cap corse n’est pas urbanisée, et pour l’instant à l’abri du tourisme de masse. De plus, le paysage et les couleurs sont toujours changeants. En arrivant chez nous (car nous n’habitons pas sur place), nous jetons un regard sur l’ile de A Giraglia pour en saisir l’aspect, la coloration, la présence de vent ou sa force.

Ce qui singularise notre maison, c’est avant tout son positionnement et les conditions de son environnement. Située au Nord-Est, compte tenu de l’étroitesse du Cap corse, elle bénéficie du soleil levant et est à la limite du soleil couchant. Elle est dans un environnement rural et boisé, au bout d’un tout petit hameau de 6 maisons, où l’impression de calme et de tranquillité frappe le visiteur.  Enfin, elle est dans une ambiance de mariage entre mer et montagne, qui caractérise d’ailleurs l’ensemble du cap corse.

Nous avons ouvert notre logement en 2005, après l’avoir acquis en 2003, et rénové en 2004. Nous n’étions pas de cet endroit. Nous avons souhaité y acquérir une maison par amour de la région, et s’est présentée l’opportunité de faire des gîtes dans une annexe qui servait de garage. La location de gîtes est pour nous une occupation complémentaire et secondaire, car nous travaillons à Bastia, qui se trouve à 50 km des gîtes. Nous avons eu des hôtes tout de suite, et l’évolution est allée croissante. Nous n’avons donc pas eu de difficultés.”

Nous sommes souvent invités à rendre visite à nos hôtes sur le « continent »
“La relation aux hôtes nous apporte du plaisir. Nous aimons partager ce que nous aimons et apprécions que ce lieu, qui est devenu notre lieu, puisse par sa seule existence et pérennité donner un sentiment de paix, de plénitude, de beauté ou simplement de repos et de ressourcement. La Corse interroge bien sur, car elle a souvent fait l’actualité… Nous nous efforçons donc de répondre à cette curiosité légitime sur le plan historique ou politique. Et puis, des hôtes reviennent, amoureux comme nous de cet endroit « magique »… Et là, ils deviennent des amis. Nous sommes d’ailleurs souvent invités à leur rendre visite sur le « continent ».

Nous n’avons pas en mémoire d’expérience négative qui nous ait vraiment marquée. De mauvaises surprises, oui, mais à la marge. Par exemple : les odeurs, ou poils, ou dégâts au jardin causés par des chiens, qui nous ont fait décider d’être très réticents quant à l’acceptation des animaux.

Les bons souvenirs sont dans l’échange souvent très spontané, qui naît dans la douceur du soir autour d’un apéritif, et permet à chacun de s’exprimer sur ses activités et région respectives. C’est alors une vraie convivialité qui s’installe.

Bien sur, si c’était à refaire, nous referions !”