Tag Archives: habitat

Les troglodytes, entre habitat ancestral et solution contemporaine

Depuis l’aube de l’humanité, les hommes cherchent dans leur environnement le moyen de s’abriter des intempéries et du froid. Les cavités présentes dans la roche de vallées encaissées ont permis à nos ancêtres de s’établir dans des zones froides, comme en témoignent les nombreux vestiges préhistoriques à visiter en France. Le meilleur exemple est certainement la vallée de la Vézère en Dordogne qui concentre de nombreux sites, dont celui des Eysies, où l’homme est présent depuis plus de 400 000 ans.

Malgré l’évolution des techniques de construction, les grottes et les caves creusées dans l’hexagone n’ont pas toutes été abandonnées. En effet, ces espaces à l’abri de la lumière, faciles à sécuriser et surtout qui présentent l’avantage d’offrir une température et une hygrométrie stables, sont utilisés pour la production de champignons, l’affinage des fromages (le Roquefort notamment) ou encore la conservation du vin (en Champagne par exemple).

En matière de logement, l’habitat troglodytique en France a réussi à traverser les siècles jusqu’à notre époque. En effet, si certaines sont maintenant réservées aux visites comme à Graufthal en Alsace, des centaines de maisons de ce type sont toujours occupées un peu partout en France soit à titre de résidence principale, soit à titre de résidence secondaire, notamment pendant les mois d’été, où la fraîcheur qu’offre la paroi ravit les estivants. On en trouve notamment à Meschers-sur-Gironde sur la rive droite du fleuve, à Castelbouc au nord du parc national des Cévennes, mais aussi dans de nombreux villages provençaux ou encore le long de la vallée de la Loire.

Grâce à Toprural, vous pouvez faire vous-même l’expérience d’un séjour à l’abri de la roche. Dans le val de Loire, sur la commune de Vouvray, le Clos Mariotte propose la chambre Brahma où la paroi calcaire à nu se marie élégamment avec un mobilier épuré et confortable pour créer une atmosphère propice au repos. Aujourd’hui, l’habitat troglodytique revient sur le devant de la scène à l’heure des murs et toits végétaux et des maisons passives en général. Il constitue aussi bien une forme alternative de logement aux caractéristiques thermiques remarquables qu’une source d’inspiration pour l’architecture axée sur les économies d’énergie.

Le Périgord, terre de couleurs

Bien qu’il ne corresponde à aucune division administrative à proprement parler, le Périgord est un territoire qui n’a cessé de forger son identité au cours de l’histoire, à commencer par son nom tiré de celui de la tribu gauloise des Pétrocores établie dans la région. Bordée au nord par le Limousin, ses frontières héritées du comté médiéval coïncident à peu de choses près avec celles de l’actuel département de la Dordogne. Mais sous ses airs d’uniformité, le Périgord reste avant tout une terre qui se décline en quatre couleurs.

Château de Puyguilhem à Villars dans le Périgord Vert

Ce sont les forêts de châtaigniers du nord de la région qui donnent leur nom au Périgord Vert. Une nature généreuse qui a d’ailleurs été mise en valeur grâce à la création en 1998 du Parc naturel régional Périgord-Limousin. Les châteaux de Puyguilhem (photo) et de Jumilhac ne sont à rater sous aucun prétexte, tout comme l’abbaye de Brantôme.

En cheminant vers le sud, vous arriverez aux portes du Périgord Blanc ainsi nommé en raison de la couleur caractéristique de ses vieilles pierres. Il ne manquera pas de combler les amateurs de pêche qui trouveront dans la Vallée de l’Isle un cadre pour s’adonner à leur sport préféré. Enfin, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, ne ratez pas sa capitale, Périgueux inscrite au patrimoine de l’Unesco et ses superbes marchés de produits locaux.

Certains vous raconteront ses sous-bois à l’automne ou le camaïeu de rouge des feuilles de ses vignes, d’autres encore vous parleront de la robe de ses vins. Quelle qu’en soit la raison, le Périgord Pourpre porte bien son nom ! Vous êtes au pays des bastides fortifiées et du Monbazillac avec au centre Bergerac et ses maisons à colombages.

Village de Domme dans le Périgord Noir

Reste le Périgord Noir… mais pourquoi cette couleur au juste ? Pour ses truffes ? Nenni ! C’est l’épaisseur de ses bois qui a inspiré les poètes ou peut-être les secrets que l’histoire a enfoui dans les entrailles de la terre. Paradis des spéléologues, le Périgord Noir vous invite à voyager au cœur de l’histoire entre peintures rupestres, sites paléolithiques et châteaux médiévaux. Parmi les incontournables, il y a bien sûr Sarlat-la-Canéda mais aussi la bastide de Domme (photo), le spectaculaire village de La Roque-Gageac.

Avez-vous toujours une couleur préférée ?