Tag Archives: Fête populaire

La légende de l’âne fait grimacer la citrouille

À l’heure où certains commencent à fabriquer les déguisements qui leur permettront d’amasser des friandises en terrorisant le voisinage, les anciens des Flandres sourient amusés. Halloween est de retour mais pour eux, pas question de partir en quête de la citrouille la plus hideuse mais d’un âne fugitif…

Halloween FR

En effet, la tradition celte peine encore à prendre par chez nous. La faute à une esthétique macabre ? À un battage publicitaire ? Ou peut-être parce qu’elle venait se heurter à une date déjà marquée d’une pierre blanche dans notre calendrier : la Saint-Martin.

La légende raconte qu’alors que le saint prêchait près de Dunkerque, son âne en aurait profité pour prendre la poudre d’escampette. Les enfants de la commune auraient allumé des lanternes pour l’aider à retrouver sa monture en suivant les déjections qu’elle avait laissées derrière elle. Une fois l’âne retrouvé, Saint-Martin aurait transformé les crottes de l’animal en petits pains briochés pour remercier les enfants de leur aide.

D’abord fêtée le 11 novembre, la Saint-Martin est désormais célébrée le 10 pour ne pas se télescoper avec les commémorations de l’armistice de la première guerre mondiale. À cette occasion, les enfants fabriquent des lanternes en sculptant des betteraves –et non des courges- dans lesquelles ils viennent placer une bougie pour ensuite défiler en cortège dans les rues des villes et villages de Flandre.

La Saint-Martin est également célébrée en Allemagne et en Autriche par des retraites aux flambeaux et un festin autour d’une oie rôtie en l’honneur du saint qui selon les récits aurait donné la moitié de son manteau à un pauvre. Une fête du partage et des lumières que les enfants préparent d’arrache-pied en fabriquant les plus beaux lampions avant d’aller de maison en maison pour obtenir quelques friandises en échange d’une chanson. Cela ne vous rappelle rien ?

Cette année, le 1er novembre tombe un vendredi et le 11 un lundi, deux week-ends prolongés qui tombent à pic pour organiser une superbe fête d’Halloween à la campagne ou partir sur les traces de Saint-Martin. Et dans les deux cas, vous trouverez sans doute le gîte ou la chambre d’hôtes qu’il vous faut sur Toprural !

Les falles de Valence

Equinoxe de printemps

FallasFête populaire d’Espagne, les “Fallas” (falles en français) se célèbrent à Valence entre les 16 et 19 mars. Les festivités se déroulent pendant 5 jours : défilés, pétards et foyers s’emparent de la communauté valencienne. Les Fallas se caractérisent par la représentation de personnages en carton et papier mâché. Ces pantins, souvent des caricatures de personnages d’actualité, sont portés en défilés puis brûlés le jour de la saint-Joseph, patron des charpentiers. La tradition veut qu’avec la crémation des satires s’évaporent les mauvaises pensées de l’hiver, c’était à l’origine un rituel purificateur pour acceuillir le printemps.

Tout feux, tout flamme

Fallas : la cremá

Les falleros sont des bénévoles qui forment des associations de quartier pour récolter durant l’année les fonds nécessaires à la fête et confectioner les pantins. Pendant toute la célébration, ils traînent un char couvert de pétards appelé “mascletà”. Ils accompagnent aussi la reine de la fête, “la fallera mayor” qui est élue pendant l’hiver. Celle-ci défilera chaque jour du matin au soir parée de son costume traditionnel et mettra fin aux festivités lorsque des centaines d’œuvres en bois et carton s’exhiberont dans les rues pour s’embraser lors de la mise à feu (la cremà) le 19 mars après minuit.

Vers une tradition plus écologique

Fallas Cette fête n’a pas que des partisans car un tel brasier a fatalement des conséquences sur l’environnement. Une association locale, l’Associació d’Estudis Fallers, débat sur l’évolution de la fête, sur le chemin à prendre pour réduire l’impact écologique. Certaines villes comme Gandía ont pris les devants et depuis trois ans organisent des concours de “fallas” écologiques et priment les pantins fabriqués avec des matériaux moins polluants.

+ d’infos : site de la communauté de Valence