Tag Archives: Escapades

Les Monts d’Arrée et les mystères de la Bretagne

Des montagnes, en Bretagne ? Avec un point culminant à 384 m d’altitude, ils ne sont pas bien hauts les Monts d’Arrée ! Et pourtant leurs crêtes saillantes ne laissent aucun doute : nous sommes bel et bien face à un massif montagneux qui scinde le Finistère en deux avec au nord le pays de Léon et la Cornouaille au sud.

Roc'h Trévézel, l'un des sommets des Monts d'Arrée

Les paysages des Monts d’Arrée surprennent en partie grâce à leur végétation singulièrement basse. En effet, aucun arbre ne viendra vous gâcher la vue depuis les sommets car les roc’hs –tel est leur nom local- sont recouverts par la lande. Depuis le Roc’h Trévézel (Plounéour-Ménez), vous pourrez contempler l’une des plus belles vues de Bretagne sur le Léon.

Chapelle au sommet du Mont Saint-Michel-de-Brasparts dans les Monts d'Arrée

Parmi les panoramas les plus saisissants, citons également celui qu’offre la chapelle de Saint-Michel-de-Brasparts (photo). Perchée sur les hauteurs de Saint-Rivoal, vous oublierez vite les efforts de l’ascension en embrassant du regard les toits de Saint-Pol de Léon, les Montagnes noires, le lac de Brennilis ou encore les tourbières de Yeun Elez et même la mer par temps clair !

Brume sur les tourbières de Yeun Elez

Arrêtons-nous justement un instant près du Yeun Elez (photo) sur les brumes qui s’élèvent du marais. Car les paysages énigmatiques créés par le brouillard et le chaos granitique des Monts d’Arrée sont propices au foisonnement des légendes. À proximité de Huelgoat, la grotte du Diable, le Ménage de la Vierge ou encore le Gouffre de Dahud sont autant de sites mystérieux qui vous transporteront au cœur de la Bretagne des légendes qu’on vous racontera au détour d’une randonnée en journée ou la nuit tombée !

Pour plus de renseignements sur ces promenades contées, n’hésitez pas à consulter les activités organisées dans les Monts d’Arrée sur le site du Parc naturel régional d’Armorique.

La Sologne, une région pour se mettre au vert

Bordée au nord par la Loire et au sud par le Cher, la Sologne est une destination de choix pour les amoureux de la nature. Outre ses grandes étendues boisées, la région est également sillonnée par de nombreux cours d’eau. Le cocktail idéal pour se mettre au vert !

Bruyères dans la forêt de Sologne

Prenons une bouffée d’oxygène en forêt

Avec près de 75 % de son territoire recouvert par la forêt, cette région naturelle vous permettra également de faire de belles balades… mais aussi des rencontres insolites. En effet, dès les premiers jours de septembre, on peut entendre le brame du cerf s’élever dans les bois au petit matin ou à la tombée de la nuit. En saison, c’est également dans le silence des sous-bois solognots que vous pourrez trouver cèpes de Bordeaux, trompettes de la mort ou girolles. À vos paniers !

Étang de Bon-Hôtel en Sologne

De l’eau, de l’eau et encore de l’eau !

Le sol argilo-sableux de la Sologne est en grande partie responsable du vaste éventail de paysages que l’on peut observer de nos jours. Entre forêts, landes et tourbières, les caprices de la nature ont contraint l’homme à effectuer certains travaux pour assainir la région. C’est l’une des raisons pour laquelle la Sologne compte aujourd’hui près de 3 000 étangs dont la biodiversité incomparable fera chavirer le cœur des passionnés d’ornithologie. À ne pas manquer : la Réserve de Malzoné à Millançay, le plan d’eau du Mouet à Saint-Viâtre ou encore l’étang de Beaumont, à cheval sur les communes de Neung-sur-Beuvron et Montrieux-en-Sologne.

Château de Chambord

La Sologne des châteaux

La beauté de la région n’a pas échappé à l’aristocratie qui jettera son dévolu sur la Sologne à partir de la Renaissance, la dotant d’un patrimoine architectural exceptionnel. En effet, c’est en terres solognotes qu’ont été construits parmi les plus beaux joyaux des châteaux de la Loire. Après la visite des châteaux de Chambord ou de Cheverny, vous pourrez donc goûter en Sologne à un repos bien mérité avant de poursuivre votre circuit au fil de la Loire.

Passionnés de pêche ou d’ornithologie, mycologues ou gastronomes amateurs, si vous recherchez un gîte ou une chambre d’hôtes en Sologne pour cet automne sur Toprural, n’hésitez pas à affiner votre sélection en cochant les options correspondantes sur le menu latéral dans les résultats de recherche.

Escapade à Port-Cros

Aujourd’hui nous vous invitons à une petite escapade dans une des perles naturelles du sud de la France, l’île de Port-Cros. Préparez vos chaussures de marches, votre tuba et votre appareil photos, vous en aurez besoin pour profiter des merveilles de cette île de l’archipel des îles d’Hyères.

L’île de Port-Cros est au cœur d’un des 10 parcs nationaux français et du premier parc maritime d’Europe. Un parc qui fête cette année ses 50 ans et qui s’est étendu, il y a un an, à l’île voisine de Porquerolles. Il rassemble un grand nombre d’espèces végétales et animales tant terrestres que marines dont certaines sont très rares et spécifiques à la Méditerranée occidentale. Un milieu remarquable et riche à environ 30 minutes en bateau des côtes varoises, depuis le port d’Hyères ou celui du Lavandou.

Une fois sur l’île, les amoureux de la randonnée seront ravis puisque Port-Cros se découvre à pieds et plus de 30 kilomètres de sentiers sont aménagés au travers du massif forestier. Les circuits, qui supposent entre 25 minutes et 4 heures de marche, vous permettent de rejoindre les points les plus emblématiques de l’île. Attention, les sentiers sont parfois très escarpés mais vous verrez que vos efforts seront récompensés lorsque vous arriverez, par exemple, au Mont Vinaigre (190 m), qui offre un spectacle grandiose sur toute l’île, ses falaises, sa forêt et les îles environnantes. Autres lieux à ne pas manquer pour bénéficier d’un superbe panorama, la Vigie ou l’un des nombreux forts que compte Port-Cros, le fort de l’Estissac.

Un bien belle escapade en perspective pour les beaux jours qui arrivent et pour vous loger et vous détendre après une journée à Port-Cros, voici la liste des gîtes et chambres d’hôtes situé à proximité.

 

La Catalogne autrement : le Massif de Montserrat

Aujourd’hui nous partons pour une destination entre Pyrénées et Méditerranée, la Catalogne, afin d’en savoir un peu plus sur cette région qui célèbre aujourd’hui sa fête nationale. Car la Catalogne c’est bien plus que l’ambiance agréable de Barcelone et que les stations balnéaires et les plages de la Costa Brava. La Catalogne c’est aussi les sommets enneigés des Pyrénées et un arrière-pays aux paysages impressionnants, comme celui que nous vous proposons de découvrir, le massif de Montserrat.

Situé à une cinquantaine de kilomètres de Barcelone, le massif de Montserrat surprend par son relief abrupt, ses parois lisses et ses blocs arrondis, son nom peut d’ailleurs se traduire par montagne en dent de scie. Des caractéristiques qui le rendent original et unique et qui en font un des symboles de la Catalogne et un des sites les plus appréciés de ses habitants.

Plus de 1 200 espèces de végétaux sont présentes dans ce massif qui culmine à 1 236 mètres d’altitude, au pic de Sant Jeroni. Un environnement exceptionnel, reconnu depuis 1987 comme Parc Naturel, et favorable à l’épanouissement d’une faune riche et variée.

Le massif est par ailleurs un lieu de pèlerinage important dont l’origine remonte au IXème siècle. Le monastère qui s’y dresse abrite la Vierge de Montserrat, patronne de la Catalogne, et est d’un grand intérêt culturel et architectural. Sa bibliothèque compte plus de 300 000 volumes et son musée comprend des œuvres de Picasso et de Dali. Le conservatoire pour enfants de Montserrat est également très réputé pour son répertoire de musique baroque religieuse.

Pour les plus sportifs, Montserrat est un véritable paradis pour les grimpeurs, de nombreuses voies d’escalade y sont installées. Les randonneurs apprécieront aussi de belles balades dans ses paysages si caractéristiques.

Voici donc une destination originale et moins connue que nous vous invitons à découvrir lors de votre séjour en Catalogne. Pour vous loger, voici la liste des gîtes et chambres d’hôtes de quelques communes situées à proximité: Gelida, Vilar, Rellinars et Sant Vicenç de Castellet.

 

Des pommes, des poires et… Sur la route des fruits de Normandie

Il est un coin de Normandie où les arbres fruitiers s’épanouissent le long des courbes de la Seine. Des paysages plein de couleurs et de saveurs qui évoluent au fil des saisons. Au printemps vous pouvez y admirer les arbres en fleurs, en été, goûter les prunes et les fruits rouges fraichement cueillis et, à partir de maintenant et pendant tout l’automne, participer au ramassage des pommes, des poires… et des scoubidous, ha ! Suivons la Route des Fruits !

Cet itinéraire, que vous pouvez également parcourir à vélo, s’étend sur près de 30 km et suit la courbe de la Seine qui forme la presqu’île de Jumièges. Au cœur du Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande, entre la Forêt de Brotonne et celle de Trait-Maulévrier, se succèdent les vergers où les hommes cultivent, depuis des centaines années, de nombreuses espèces de fruits : prunes, framboises, cerises, poires, et bien évidement, la pomme.

Le chemin débute à Notre-Dame-de-Bliquetuit, joli petit bourg aux maisons à colombages, et continue en direction de La Mailleraye puis Heurteauville. Là, il faudra prendre le bac pour traverser la Seine et atteindre la commune de Jumièges dont vous pourrez admirer l’abbaye, parfois considérée comme “plus belle ruine de France”. Plus loin vous arriverez au Mesnil avant de longer le fleuve en direction de Duclair.

Le long du parcours se succèdent les parcelles d’arbres fruitiers où, pendant la période de récolte, il est possible d’acheter des fruits directement au producteur, “à la barrière”, à des prix très attractifs. Des fruits qui permettent l’élaboration de produits typiques qui font la renommée de la Normandie comme les eaux-de-vies et, bien sûr, le cidre.

Bonne route, pleine de vitamines !