Tag Archives: Écotourisme

Exotiques ou en gîte, nos vacances écologiques

– Qu’est-ce-que tu fais pour les vacances ?
– “Je vais à Bali.”

On vous l’a déjà sortie, celle-là, non ? Avec sa variante : “Je vais au Pérou”. Distances et coûts rétrecissent, pour le meilleur : démocratisation des voyages, et pour le pire : le tourisme de masse a un coût pour la planète. Heureusement, le tourisme se met aussi à l’écologie.

Le Clos des Chenaies Ecogites Haute-Vienne

Tourisme durable, tourisme de nature, écotourisme : comment s’y retrouver ?

– Le tourisme durable ou responsable englobe toutes les formes de tourisme qui respectent et préservent les ressources naturelles, culturelles et sociales d’un territoire, de manière à minimiser l’impact négatif de la présence des touristes.

– On assimile parfois écotourisme et tourisme de nature. Si tous 2 visent à réduire les effets du tourisme sur l’environnement, le tourisme de nature est avant tout organisé autour de la motivation d’observation et d’appréciation de la nature.

– L’écotourisme concerne les voyages responsables dans la nature qui contribuent à la protection de l’environnement et au bien être des populations locales. L’écotourisme inclut un tourisme de proximité qui cherche à réduire son empreinte écologique.

Voyager responsable, ça commence chez nous !

L’écotourisme n’est pas réservé aux pays en voie de développement. Partout où nous allons en vacances, ayons les bons réflexes et gardons les bonnes habitudes prises pendant l’année.

Limitons les déplacements en avion, et dans le cas contraire, participons aux programmes des compagnies aériennes pour compenser les émissions de gaz à effets de serre. Si nous passons nos vacances en France, il y a des chances qu’on ne prenne pas l’avion, c’est bien ! Mais n’oubliez pas :

– Le tri des déchets que nous faisons déjà en ville vaut aussi pour notre villégiature. Ne laissons rien derrière nous à la plage, à la campagne et à la montagne (On emportera des sacs plastiques pour ramasser les déchets et les emporter).

– Les vacances, c’est un temps de repos : laissons la voiture au parking et prenons le vélo !

– De plus en plus d’hébergements s’engagent pour le respect de l’environnement. Pourquoi ne pas essayer !? Quelques exemples vus sur Toprural :

  • Écogîte de Bessoles-les-Bois : construit en matériaux respectueux de l’environnement, chauffage et eau chaude y sont produits par énergie solaire.
  • Le Clos des Chenaies : dans un biotope préservé, 4 écogîtes indépendants avec toits végétalisés (voir photo).
  • La Source : yourte et maison rénovée avec des matériaux écologiques et repas bios.
  • La Besnardière : une maison d’hôtes bretonne d’où les produits chimiques ont été bannis aussi bien pour l’entretien que dans le potager.
  • Le Moulin de la Papeterie : un moulin écolo au bord de l’eau dans les Deux-Sèvres.
  • Bonnes vacances écologiques à tous !

    Un hôtel écolabellisé

    La Ferme de Bassilour est le premier hôtel en Aquitaine à avoir reçu l’écolabel européen. Charlotte, la propriétaire d’origine suédoise de cet hôtel, nous raconte son histoire :

    “Tout a commencé dans mon pays natal, la Suède. Depuis toute petite j’ai entendu mes parents, surtout mon père, me dire : éteins la lumière quand tu quittes ta chambre, ne fais pas la vaisselle sous l’eau qui coule, ferme la fenêtre quand le chauffage est en route. Ne gaspille pas…
    Après à l’âge adulte, j’ai vécu une expérience enrichissante dans une petite maison de campagne située sur l’archipel de Stockholm. Il n’y avait pas d’eau courante et je vous assure que quand il faut aller chercher des seaux d’eau au puits, vous ne gaspillez plus !”

    Ferme de Bassilour

    Écologiste convaincue, Charlotte arrive à Bidart en 1989. En 2000 avec l’acquisition de la Ferme de Bassilour, elle poursuit sa démarche bien consciente de l’impact de tous nos gestes sur l’environnement. En 2008, ses 19 années d’expérience lui permettent d’acquérir le 1er écolabel européen en Pays Basque pour son hôtel.

    Les labels écologiques en France

    Parmi les labels écologiques qui permettent d’identifier les hébergements engagés dans le respect de l’environnement, deux écolabels officiels sont délivrés en France : NF Environnement pour le marché français, et l’écolabel européen pour celui de l’Union européenne.

    Écolabel français - Écolabel européen

    Ces labels garantissent à la fois l’efficacité des produits ou services et la limitation de leurs impacts environnementaux (eau, air, déchets, énergie) tout au long de leur cycle de vie. Dans le cas des hébergements touristiques, une attention spéciale est portée à l’amélioration de l’éducation environnementale et de la communication.

    Et en Belgique ?

    À notre connaissance, l’écolabel européen n’est pas encore disponible pour les hébergements touristiques en Belgique. N’hésitez pas à nous faire part de vos connaissances. Vous trouverez plus d’informations sur le site http://www.ecolabel.be

    Hébergements écolabellisés sur Toprural : Les Tourelles, Hôtel Le Périgord, Maison Carrée, Les Cols Verts, Hôtel Régis et Jacques Marcon, Hôtel Plaisir, Auberge du Relais, Le Col Vert

    Que pensez-vous de cette démarche de labels écologiques ? Le respect de l’environnement est-il un critère dans le choix de votre lieu de vacances ?

    + d’infos : Ministère de l’écologie, eco-label.com, ecolabels.fr,

    Le tourisme durable : un mode de vie…

    À l’heure où tous se plaignent du réchauffement climatique et insistent sur le respect de l’environnement, Inge, son mari Theo et leurs 3 fils nous montrent qu’un autre style de vie est possible. Aujourd’hui, ils ont eu la gentillesse de partager avec Toprural l’histoire de leur vie rurale (texte traduit du portugais) :

    “En 1996, nous avons décidé de quitter les Pays-Bas et de chercher un endroit où vivre et élever nos fils avec une meilleure qualité de vie. Avec la Quinta da Alfarrobeira, ce fut un véritable coup de foudre !

    Une maison avec une âme

    Quinta da AlfarrobeiraÀ l’origine, cette propriété était très importante dans la région, car elle possédait le seul puits des alentours, que les voisins utilisaient aussi. L’activité principale était l’agriculture pendant des décennies : vergers, chevaux et bétail. Dans les années 70, la quinta fut achetée par un couple anglais qui y vécut pendant plus de 20 ans et la tranforma durant les 10 dernières années en centre de tourisme rural. Ils louaient des chambres de la maison principale et une ancienne étable fut convertie en maison d’hôtes qu’aujourd’hui nous appelons “A Granja” (La Ferme). C’est pourquoi, lorsque nous avons acheté la Quinta, nous avons décidé de continuer et de développer cette activité, en mettant encore plus l’accent sur l’aspect rural, agricole et durable de cet ensemble.

    Un projet global et de famille
    Nous gérons tout nous-même : mon mari Theo est architecte, il se charge de la rénovation et du design des bâtiments ; moi (Inge), je m’occupe des aspects touristiques, communication, marketing et relations publiques ; et tous ensemble – y compris nos 3 fils (Tjacco, Nuno et Yorick) – nous travaillons au jardin, dans le potager, etc. Nous avons aussi la chance de compter sur l’aide inestimable de volontaires de Wwoof (Willing Workers on Organic Farms) pour l’entretien de la Quinta.

    Dans le respect de l’environnement…
    – Depuis l’année scolaire 2006-2007, nous accueillons des élèves des écoles locales dans le cadre d’un projet intitulé “Plantons ce que nous mangeons” (page en portugais) ;
    – Nous avons développé l’élevage d’animaux et la culture de légumes biologiques afin de pouvoir nous nous nourrir sainement et servir à nos hôtes nos propres produits biologiques ;
    – Nous utilisons des énergies alternatives et renouvelables comme le soleil et le bois ;
    – Nous faisons des réserves d’eau de pluie dans une zone couverte de 400 m² et nous recyclons les matériaux de construction ;
    – Nous sommes en train de mettre en place un système de récolte et de traitement des eaux résiduelles pour l’arrosage
    Et tout ça, ce ne sont que quelques unes des mesures que nous prenons pour préserver la nature et respecter le futur de nos enfants.

    Inge, Theo, Tjacco, Nuno et Yorick

    …et la promotion de la culture

    Nous sommes en train de construire une maison de plus dans la Quinta, “A Vivenda”, et nous prévoyons dans un futur proche de construire d’autres logements avec possibilité – en basse saison – d’organiser des workshops et activités de groupe, pour partager notre espace avec des artistes et des artisans. Quand l’agrandissement de la Quinta sera terminé, nous aurons plus que probablement besoin d’une personne pour coordonner les activités culturelles et d’une autre pour le développement de l’agriculture biologique. Tout ça à petite échelle.

    Les plus et les moins

    Parfois, le fait de vivre sur le “lieu de travail” rend difficile l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée, mais nous adorons cette entreprise et ce style de vie qui ne font qu’un. Non seulement pour l’échange culturel et éducatif (apprendre aux enfants que les carottes poussent dans la terre et pas dans les conserves), mais aussi parce que nous aimons le fait de pouvoir offrir à nos hôtes du repos dans un environnement sain et partager avec eux notre manière de vivre et notre philosophie, pour qu’ils repartent avec des batteries rechargées après leurs vacances.

    Un de nos plus grands soucis, c’est la bureaucratie au Portugal.

    C’est frustrant de voir que les grands complexes immobiliers, immeubles, centres commerciaux ou circuits de course automobile, reçoivent rapidement leur permis de construction et autres paperasseries alors que des projets comme le nôtre mettent des années à obtenir tous les papiers.
    Cela donne l’impression que le développement durable et l’écotourisme ne sont pas une priorité au Portugal, ce qui est assez décourageant.”

    Inge
    Quinta da Alfarrobeira
    Odiáxere (Faro, Portugal)

    Éco-résolutions 2009

    ÉcogestesC’est plus que d’actualité, les médias n’arrêtent pas de nous en parler et pourtant beaucoup d’entre nous ne sont pas encore sensibilisés : les petits gestes quotidiens nous permettent de faire de grandes économies d’énergie et même d’argent.

    Si vous souhaitez prendre de bonnes éco-résolutions pour 2009, voici un décalogue des gestes qui vous aideront à mieux préserver notre planète. Et même si vous pensez qu’une seule personne a peu de poids, pensez que l’union fait la force : vos gestes ont une conséquence et des milliers de petits gestes peuvent faire changer les choses…

    1. Déchets : triez vos déchets (verre, emballages, piles et papier). Évitez les emballages et les sacs plastiques qui finissent souvent dans la nature et ne sont pas biodégradables. Saviez-vous qu’on peut fabriquer une écharpe avec 2 bouteilles en plastique ?

    2. Alimentation : optez pour des produits frais et de saison car ils demandent moins d’énergie pour le transport. Pour en faire encore plus, préférez les produits bios et équitables.

    3. Énergie : éteignez les lumières, choisissez des appareils économes en énergie (lampes basse consommation) et évitez de les laisser en veille. Les multiprises avec interrupteur permettent d’éteindre en un “clic” toute une série d’appareils et peuvent réduire jusqu’à 30 % de la consommation.

    4. Appareils électroménagers : faites tourner votre lave-linge ou votre lave-vaisselle lorqu’il est bien rempli, et n’oubliez pas qu’à 40ºC la consommation est 3 fois moins importante qu’à 90ºC.

    5. Isolation : pensez à réviser l’isolation de votre domicile (fenêtres, toits et murs) et ne surchauffez pas. Un bon pull peut réduire votre consommation en chauffage et donc vous faire économiser de nombreux euros sur votre facture.

    6. Eau : préférez la douche au bain et ne laissez pas l’eau couler quand vous vous brossez les dents ou pendant la vaisselle. Repérez et réparez les fuites (chasse d’eau, robinet). Pour en faire un peu plus, arrosez le soir et utilisez l’eau de pluie pour vos plantes. Évitez de jeter vos mouchoirs en papier ou lingettes démaquillantes dans les toilettes, et préférez la poubelle.

    7. Produits chimiques : utilisez du savon biodégradable, comme le savon de Marseille, plutôt que des détergents synthétiques. Le vinaigre peut aussi servir pour les vitres et carrelages. Évitez le plus possible les aérosols si le produit existe sous une autre forme.

    8. Transport : minimisez l’utilisation de la voiture surtout pour des trajets courts. Préférez les transports en commun, le vélo, la marche à pied ou même la trotinette ou les patins. Si la voiture est indispensable, c’est le moment de penser aux différents types de carburant et pourquoi pas au covoiturage.

    9. Papier : économisez et réutilisez le papier. Évitez d’imprimer si ce n’est pas indispensable. Vous pouvez aussi recycler vos cartouches d’encre vides afin de leur donner une seconde vie. Passez du jetable au durable !

    10. Vacances : si la distance le permet, prenez le train plutôt que l’avion. Veillez à respecter les zones protégées et à ne pas laisser vos détritus sur place.

    Sélection de logements ruraux écologiques

    Les Eco-Logis d’Ensarnaut

    Moulin de la papeterie – Ecologique

    Gîte et Nature

    Ecogîte de Bessoles les Bois

    Eco-domaine du Fond de Vedeur

    Ferme écologique de They

    Éco-gîte d´Haou

    Plus d’info : Ekopedia, Mes écogestes au quotidien, http://www.recupe.net/

    Energie solaire et tourisme rural

    Le soleil, ce reacteur nucléaire qui fonctionne déjà depuis plus de 5 milliards d’années, libère d’énormes quantités d’énergie qui atteignent la terre après un parcours de 150 millions de km. Malgré la distance, l’énergie solaire frappe la Terre avec une puissance moyenne de 1.000 W/m² et l’on considère que l’énergie totale est 10.000 fois supérieure à la demande globale de la population. Lorsque l’on sait que les experts estiment la durée de vie du soleil à 5 autres milliards d’années, on peut affirmer qu’à l’échelle humaine l’énergie solaire est inépuisable!

    Longtemps décriée pour ses coûts d’installation et la taille de ses panneaux, l’énergie solaire s’est adaptée aux demandes du marché et fournit aujourd’hui des applications toujours plus diversifiées : des centrales photovoltaïques aux usages privés comme le chauffage des pièces ou de l’eau de la maison. Elle s’impose donc peu à peu comme une filière d’énergie durable et rentable.

    TopRural vous propose une sélection de logements ruraux équipés d’installations solaires et qui offrent à leurs hôtes la même qualité de services…et beaucoup de CO2 en moins.

    L’Orri de Planes (Pyrénées-Orientales)
    Le Sombrevoir (Haut-Rhin)
    Le Mas Ballot (Bouches-du-Rhône)
    Le Bignon – The Vine House et Chambres (Maine-et-Loire)
    Bateau Solaire Le Somail (Aude)
    Maison Athome (Jura)
    La Musardière (Moselle)
    Au Pré Chardon – Chambres et Gîtes (Isère)
    Le Cluzel (Aveyron)
    Las Gamitas (Cáceres, Espagne)
    Varinaldi (Florence, Italie)
    Quinta dos Castanheiros (Bragança, Portugal)

    + d’infos : www.actu-environnement.com, cartes de la radiation solaire en Europe (lien en anglais), l’énergie solaire sur Wikipédia

    Fabian Van Troyen