Histoire d’une vie rurale au bout du Cap corse

Aujourd’hui nous donnons la parole à Jean, propriétaire des gîtes Le Bout du Cap Corse, un logement situé en Haute-Corse que vous avez élu sur Facebook comme celui ayant la plus belle vue parmi ceux que nous vous avions proposés. Il nous décrit en quoi le panorama depuis ses gîtes est exceptionnel et nous en dit plus sur son expérience de propriétaire.

Une impression de « bout du monde »
“Notre vue a ceci de particulier : nous sommes dans une île et nous sommes à la pointe septentrionale de cette île. Nous éprouvons donc – et nos visiteurs aussi – une impression de « bout du monde », qui permet un exceptionnel dépaysement, ainsi qu’un sentiment d’évasion, facilité par l’ouverture que la vue procure, comme par l’aspect « sauvage », préservé de l’endroit. Cohabitent donc cette sensation de finitude et d’ouverture, puisque comme la photo l’a montré, il nous arrive assez souvent d’avoir vue sur l’Italie.

Enfin, nous avons la chance de bénéficier de conditions de nature authentique, car cette pointe du Cap corse n’est pas urbanisée, et pour l’instant à l’abri du tourisme de masse. De plus, le paysage et les couleurs sont toujours changeants. En arrivant chez nous (car nous n’habitons pas sur place), nous jetons un regard sur l’ile de A Giraglia pour en saisir l’aspect, la coloration, la présence de vent ou sa force.

Ce qui singularise notre maison, c’est avant tout son positionnement et les conditions de son environnement. Située au Nord-Est, compte tenu de l’étroitesse du Cap corse, elle bénéficie du soleil levant et est à la limite du soleil couchant. Elle est dans un environnement rural et boisé, au bout d’un tout petit hameau de 6 maisons, où l’impression de calme et de tranquillité frappe le visiteur.  Enfin, elle est dans une ambiance de mariage entre mer et montagne, qui caractérise d’ailleurs l’ensemble du cap corse.

Nous avons ouvert notre logement en 2005, après l’avoir acquis en 2003, et rénové en 2004. Nous n’étions pas de cet endroit. Nous avons souhaité y acquérir une maison par amour de la région, et s’est présentée l’opportunité de faire des gîtes dans une annexe qui servait de garage. La location de gîtes est pour nous une occupation complémentaire et secondaire, car nous travaillons à Bastia, qui se trouve à 50 km des gîtes. Nous avons eu des hôtes tout de suite, et l’évolution est allée croissante. Nous n’avons donc pas eu de difficultés.”

Nous sommes souvent invités à rendre visite à nos hôtes sur le « continent »
“La relation aux hôtes nous apporte du plaisir. Nous aimons partager ce que nous aimons et apprécions que ce lieu, qui est devenu notre lieu, puisse par sa seule existence et pérennité donner un sentiment de paix, de plénitude, de beauté ou simplement de repos et de ressourcement. La Corse interroge bien sur, car elle a souvent fait l’actualité… Nous nous efforçons donc de répondre à cette curiosité légitime sur le plan historique ou politique. Et puis, des hôtes reviennent, amoureux comme nous de cet endroit « magique »… Et là, ils deviennent des amis. Nous sommes d’ailleurs souvent invités à leur rendre visite sur le « continent ».

Nous n’avons pas en mémoire d’expérience négative qui nous ait vraiment marquée. De mauvaises surprises, oui, mais à la marge. Par exemple : les odeurs, ou poils, ou dégâts au jardin causés par des chiens, qui nous ont fait décider d’être très réticents quant à l’acceptation des animaux.

Les bons souvenirs sont dans l’échange souvent très spontané, qui naît dans la douceur du soir autour d’un apéritif, et permet à chacun de s’exprimer sur ses activités et région respectives. C’est alors une vraie convivialité qui s’installe.

Bien sur, si c’était à refaire, nous referions !”

One thought on “Histoire d’une vie rurale au bout du Cap corse

  1. Pingback: "Nous faisons partie de l'image de marque de notre région d'adoption"

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *