Conférence de Cancun sur le climat, et après ?

Depuis hier et jusqu’au 10 décembre se tient à Cancun, au Mexique, la 16ème conférence sur le climat organisée par l’ONU. Un an après l’échec du sommet de Copenhague, que peut-on réellement attendre de Cancun ?

Des objectifs modestes
Contrairement à Copenhague qui avait suscité une grande attente au niveau mondial et donc supposé une déception encore plus grande, Cancun s’ouvre avec des ambitions beaucoup plus limitées. Les représentants de l’ONU, les 192 États participants comme les associations semblent s’être résignés à remettre à plus tard un nouvel accord global sur le climat pour succéder au protocole de Kyoto qui prendra fin en 2012. Des avancées sur certains sujets sont cependant attendues.

Lutte contre la déforestation et contrôle des efforts
Les discussions de Cancun mettront l’accent sur la réduction des émissions dues à la déforestation, 2011 vient d’ailleurs d’être désignée par les Nations Unies comme l’année internationale des forêts. Autres thèmes abordés, les transferts de technologies, les mesures d’adaptation au changement climatique ainsi que l’adoption d’un système harmonisé à tous les pays pour la mesure des émissions de gaz à effet de serre.

Des divergences qui persistent
Les États restent divisés sur les mesures à adopter et le volontarisme des uns s’oppose aux réticences des autres. La conférence devrait être dominée par le face à face entre les États-Unis et la Chine, les deux principaux émetteurs de CO2 de la planète, dans lequel les enjeux politiques et économiques prennent souvent le pas sur les enjeux environnementaux.

Cancun 2010 se présente donc comme un sommet de transition qui repousse l’essentiel des décisions à la conférence de Durban 2011. Cependant, si les quelques questions abordées ne trouvaient pas de solution, cela risquerait de porter un coup fatal au procesus de négociations onusiennes lancé en 1992 à Rio.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *