Category Archives: Histoires rurales

“Nous faisons partie de l’image de marque de notre région d’adoption”

Aujourd’hui nous donnons la parole à Stéphane, propriétaire du Clos du Suquet, gîte des Alpes-Maritimes que vous avez élu sur Facebook comme le logement ayant la plus belle piscine parmi les 8 proposés.

“Avant de parler de nous et de notre location, je voudrais remercier tous les gens qui ont apporté leur soutien à notre candidature pour ce concours, et aussi pour le concours de la plus belle vue. Certains jugeaient seulement les photos, d’autres ont jugé bon de mettre un mot pour parler de leur séjour chez nous. Qu’il soient en France, en Belgique, en Suisse ou au Canada, qu’ils sachent que nous apprécions leur vote et leurs messages.”

Profiter de la région sans se ruiner
“L’hébergement au Clos du Suquet a débuté en 1998, lorsque nous avons quitté notre Belgique natale pour venir nous installer dans cette grande maison dont ma compagne avait hérité. La taille, le cadre et l’envie que tant de gens ont de pouvoir prendre des vacances au soleil, ont fortement influencé notre décision d’aménager la maison pour proposer des appartements de location brève. A force d’entendre nos amis et proches nous demander “On peut venir chez vous quelques jours ? La piscine a l’air si bien, avec une telle vue !”, nous avons donc fini les travaux et aménagé trois appartements pour nos visiteurs. Et bien entendu, nous avons gardé le quatrième appartement pour nous – car nous habitons sur le site, ce qui explique certainement pourquoi beaucoup de nos visiteurs sont appréciatifs de l’entretien de la maison et de la propriété. C’est tellement plus facile quand on est sur place !

Les locations ont très vite démarré dès 1999. Je pense que nous avions bien estimé le budget que les vacanciers pouvaient mettre dans une location, sans les étrangler et les priver d’autres plaisirs. Il nous semblait important que les gens puissent profiter de cette partie de la France, sans pour autant se ruiner. Et nous avons d’ailleurs modifié nos tarifs une seule fois depuis notre ouverture, après plus de dix ans d’activité.”

Un cadre qui se prête au rêve
“Il faut aussi dire que le cadre se prête au rêve. Depuis la terrasse de la piscine, notre jardin donne l’impression de s’étendre jusqu’à la plage entre Cannes et Mandelieu. On ne voit absolument pas la route en bas de la propriété, la vue est totalement dégagée depuis le lac de Saint Cassien jusqu’au château de Cagnes. Et je pense que c’est ce panorama qui attire beaucoup nos visiteurs, sans oublier la décoration que ma compagne a particulièrement peaufinée.

Nous avons aussi pu faire comprendre aux visiteurs que la région ne se limite pas à la plage ou la piscine. Nous sommes à une heure des pistes de ski, par exemple. Et proches des vignobles du Var, ou des truffières et autres merveilles gastronomiques de cette belle région PACA. Nous pouvons donc proposer notre hébergement toute l’année. Imaginez, un forfait ski le matin dans une petite station sympathique et familiale et l’après midi sur la plage, ou à bord d’un bateau avec un de nos partenaires. Qui s’attendait à cela en parlant de la Côte d’Azur ? Je salue en passant nos partenaires, qu’ils soient centres équestres, les loueurs de bateaux, les moniteurs de plongée, les centres touristiques et tous ceux qui sont repris sur notre site.”

Laisser ses locataires indépendants mais pas dans l’ignorance
“Il faut quand même préciser que nous avions eu notre propre expérience de locataires avant de nous lancer dans une telle activité (qui n’est d’ailleurs pas ma profession principale, j’ai aussi un emploi de bureau très classique). Confrontés parfois à des intermédiaires trop “présents”, nous avions pris la décision que nous laisserions nos locataires dans la plus grande indépendance – sans pour autant les laisser dans l’ignorance ! Nous sommes volontiers disponibles s’ils ont besoin de notre aide, de nos connaissances, de nos réseaux de contacts, ou même pour une réservation de restaurant ou autre. Au delà de cela, nous évitons de trop nous montrer et donc d’entrer dans leurs vacances. Tout au plus, quelques consignes rapides que nous leur donnons à l’arrivée, comme par exemple leur dire qu’ils peuvent parfaitement faire la connaissance de leurs voisins, et d’organiser des activités en groupe. Est-ce cette liberté qui plaît aussi à nos locataires ? Je leur laisserai le soin de le dire.

Cela me rappelle une année, où des visiteurs de la région de Toulouse étaient dans l’un de nos appartements. Dans le second, des Belges. Dans le troisième, une famille de Nordistes. Le hasard de la circulation avait voulu qu’ils étaient tous arrivés au même moment, et donc je leur faisais la présentation à tous en même temps. Dans la conversation, je leur ai dt qu’ils étaient tout à fait libres de lier connaissance et de prendre l’apéro collégialement au bord de la piscine, s’ils le voulaient. Au delà de ce premier verre, l’idée d’activités communes leur a plu. Ils ont donc décidé de programmer un goûter pour tous les enfants chaque jour vers 16.30 Ensuite, c’était le tour des parents, pour un apéro plus adulte à 17.30 avec ordre aux enfants de respecter les groupes d’âge et donc de ne pas visiter les plats des grands, par exemple. Ils organisaient également des animations – jeux de rôle, ateliers scoubidous, leçons de natation pour tous les enfants, et j’en oublie certainement. Nous avions une équipe incroyable, qui a passé des vacances tout à fait inattendues et fort agréables.

Nous avons également eu des locataires qui logeaient dans les deux appartements voisins au bord de la piscine, et qui ont par la suite continué de se retrouver pour leurs vacances suivantes. Et combien d’enfants sont repartis de chez nous en ayant abandonné les bouées, et en ayant maîtrisé la technique du plongeon. Un dernier souvenir émouvant, cette petite fille que nous avons rencontrée un été dont les parents nous avouèrent qu’elle avait été conçue chez nous quelques années auparavant. Je pense effectivement que c’est cette bonne ambiance qui a suscité autant de support lors des deux concours sur Facebook !”

Ambassadeurs d’une région
“Cette activité nous a également permis de comprendre l’importance de notre rôle dans la région, en tant que professionnels de l’hébergement touristique. Nous faisons partie de l’image de marque de notre région d’adoption, et j’estime que notre rôle est donc de faire connaître celle-ci à nos visiteurs. C’est pour cette raison que nous mettons un point d’honneur à répondre aux demandes que nous recevons, même lorsque nous ne pouvons y donner une suite favorable. Nous présentons quand même des alternatives à ces personnes qui nous contactent – et c’est pour cela que nous sommes très heureux quand les gens nous en remercient – plutôt que de laisser notre réponse comme lettre morte.

Après ces années d’activité, le résultat est très satisfaisant, surtout d’un point de vue humain. Nous avons tissé des liens avec des personnes venant de nombreuses régions ou pays ou continents, et nous avons également pu encore développer notre réseau de partenaires locaux. Cela nous permet en retour de proposer de réellement bonnes adresses à nos locataires, et d’encore améliorer leurs vacances. C’est un réseautage très gratifiant, très humain et très agréable. Et lorsque nous nous rendons dans d’autres régions, nous pouvons apprécier l’hospitalité de nos hôtes encore mieux.

Un dernier mot pour conclure, je salue les propriétaires du Gîte Le Bout du cap Corse, qui avait gagné le concours de la plus belle vue. S’ils regardent un peu plus à gauche, ils devraient nous voir – avec notre altitude de 450 mètres, nous pouvons voir leur profil au lever du soleil, depuis la terrasse. Et nous passerons certainement les voir lors de notre prochain voyage sur l’Île de Beauté, j’avais justement prévu de passer à Venturi lors de notre prochain séjour chez nos amis Corses.”

Histoire d’une vie rurale au bout du Cap corse

Aujourd’hui nous donnons la parole à Jean, propriétaire des gîtes Le Bout du Cap Corse, un logement situé en Haute-Corse que vous avez élu sur Facebook comme celui ayant la plus belle vue parmi ceux que nous vous avions proposés. Il nous décrit en quoi le panorama depuis ses gîtes est exceptionnel et nous en dit plus sur son expérience de propriétaire.

Une impression de « bout du monde »
“Notre vue a ceci de particulier : nous sommes dans une île et nous sommes à la pointe septentrionale de cette île. Nous éprouvons donc – et nos visiteurs aussi – une impression de « bout du monde », qui permet un exceptionnel dépaysement, ainsi qu’un sentiment d’évasion, facilité par l’ouverture que la vue procure, comme par l’aspect « sauvage », préservé de l’endroit. Cohabitent donc cette sensation de finitude et d’ouverture, puisque comme la photo l’a montré, il nous arrive assez souvent d’avoir vue sur l’Italie.

Enfin, nous avons la chance de bénéficier de conditions de nature authentique, car cette pointe du Cap corse n’est pas urbanisée, et pour l’instant à l’abri du tourisme de masse. De plus, le paysage et les couleurs sont toujours changeants. En arrivant chez nous (car nous n’habitons pas sur place), nous jetons un regard sur l’ile de A Giraglia pour en saisir l’aspect, la coloration, la présence de vent ou sa force.

Ce qui singularise notre maison, c’est avant tout son positionnement et les conditions de son environnement. Située au Nord-Est, compte tenu de l’étroitesse du Cap corse, elle bénéficie du soleil levant et est à la limite du soleil couchant. Elle est dans un environnement rural et boisé, au bout d’un tout petit hameau de 6 maisons, où l’impression de calme et de tranquillité frappe le visiteur.  Enfin, elle est dans une ambiance de mariage entre mer et montagne, qui caractérise d’ailleurs l’ensemble du cap corse.

Nous avons ouvert notre logement en 2005, après l’avoir acquis en 2003, et rénové en 2004. Nous n’étions pas de cet endroit. Nous avons souhaité y acquérir une maison par amour de la région, et s’est présentée l’opportunité de faire des gîtes dans une annexe qui servait de garage. La location de gîtes est pour nous une occupation complémentaire et secondaire, car nous travaillons à Bastia, qui se trouve à 50 km des gîtes. Nous avons eu des hôtes tout de suite, et l’évolution est allée croissante. Nous n’avons donc pas eu de difficultés.”

Nous sommes souvent invités à rendre visite à nos hôtes sur le « continent »
“La relation aux hôtes nous apporte du plaisir. Nous aimons partager ce que nous aimons et apprécions que ce lieu, qui est devenu notre lieu, puisse par sa seule existence et pérennité donner un sentiment de paix, de plénitude, de beauté ou simplement de repos et de ressourcement. La Corse interroge bien sur, car elle a souvent fait l’actualité… Nous nous efforçons donc de répondre à cette curiosité légitime sur le plan historique ou politique. Et puis, des hôtes reviennent, amoureux comme nous de cet endroit « magique »… Et là, ils deviennent des amis. Nous sommes d’ailleurs souvent invités à leur rendre visite sur le « continent ».

Nous n’avons pas en mémoire d’expérience négative qui nous ait vraiment marquée. De mauvaises surprises, oui, mais à la marge. Par exemple : les odeurs, ou poils, ou dégâts au jardin causés par des chiens, qui nous ont fait décider d’être très réticents quant à l’acceptation des animaux.

Les bons souvenirs sont dans l’échange souvent très spontané, qui naît dans la douceur du soir autour d’un apéritif, et permet à chacun de s’exprimer sur ses activités et région respectives. C’est alors une vraie convivialité qui s’installe.

Bien sur, si c’était à refaire, nous referions !”

Gagnants du 1er Concours d’Histoires rurales

Il est temps de dévoiler les noms des gagnants de notre 1er Concours d’Histoires rurales. Après nous avoir envoyé leurs récits, leurs carnets de voyages, leurs photos, les candidats ont été soumis au vote des lecteurs qui pouvaient désigner leur histoire préférée.

Un grand merci à tous les participants et à tous ceux d’entre vous qui ont voté durant toute la semaine sur notre page Facebook.

Voici les résultats :

GAGNANT et 1er prix : “Petit tour à Cologne, la magnifique Cologne…” avec 148 voix
Histoire publiée par Sylvie sur Gersicotti GersicottaVoir la note sur Facebook

2ème : “Par chez moi” avec 37 voix
Histoire publiée par Sophie sur À travers le mondeVoir la note sur Facebook

3ème : “Une proie sauvée par la frayeur de son prédateur …” avec 34 voix
Histoire publiée par Tjeert sur Le Château de Prat NiauVoir la note sur Facebook

Ces 3 histoires arrivées en 1ère, 2ème et 3ème position reçoivent respectivement un chèque cadeau de 250, 175 et 150 euros à valoir dans un magasin Décathlon.

Les finalistes suivants recevront, en lot de consolation, une clé USB de 2 GB :

4ème : “Road trip dans la montagne roumaine” avec 19 voix
Histoire publiée par Lucie sur My Tour du GlobeVoir la note sur Facebook

5ème : “Ils construisent un château fort !” avec 17 voix
Histoire publiée par Rémi sur Visite la FranceVoir la note sur Facebook

6ème : “Anecdote de flop rural” avec 14 voix
Histoire publiée par Patricia sur Au Pied des ChaumesVoir la note sur Facebook

7ème : “La légende de la Pierre Gonthier d’Alligny-en-Morvand” avec 11 voix
Histoire publiée par Serge sur Moulin de MarnayVoir la note sur Facebook

8ème : “Pensées d’un homme” avec 4 voix
Histoire publiée par Jean sur Aux FeuillantinesVoir la note sur Facebook

Toutes les histoires ont su avec talent nous faire plonger dans un univers particulier et donner du tourisme rural des visions toutes personnelles et pleines d’anecdotes.

Bravo à tous et encore merci d’avoir partagé avec nous votre passion pour le voyage, pour la campagne et la nature !

 

Votez pour votre histoire rurale préférée

La période de publication et de sélection est terminée, il est temps désormais de désigner le gagnant de notre 1er Concours d’Histoires rurales !

Avant tout, un grand merci à tous les participants qui nous ont envoyé des histoires de grande qualité et de styles très variés : historique, récit de road-trip, photos, légende, anecdote, etc.

Maintenant, c’est à vous de jouer et de voter pour votre Histoire préférée !

Comment faire ?
Entre le 06 et le 13 octobre (18 heures), cliquez sur le lien “Voter pour cette histoire rurale” de l’article que vous souhaitez voir gagner le concours. Vous serez redirigez vers un résumé de l’Histoire que nous avons publié sur notre page Facebook. Cliquez sur “J’aime”, et voilà !

L’histoire qui aura reçu le plus de “J’aime” sur Facebook sera déclarée gagnante du Concours.

 

Les 8 Histoires rurales finalistes


“Road trip dans la montagne roumaine” publiée par Lucie sur My Tour du Globe
Le récit d’un voyage en van dans la campagne roumaine vu par une jeune étudiante française.
“Suis une fille de la campagne, c’est un fait. D’un village perdu dans les fins fonds du Maine et Loire. La campagne, ça me connait! J’aime bien, mais j’aime surtout voyager. Grâce à mes études, j’ai bougé un peu, en Europe de l’Est surtout. J’aime beaucoup cette zone, c’est très dépaysant. Plus pauvre que la France, c’est sûr, différent c’est certain. Voici une petite anecdote.” Lire la suite

Voter pour cette histoire rurale

 

“Ils construisent un château fort !” publiée par Rémi sur Visite la France
Ou comment des passionnés construisent un château fort comme au Moyen-Âge.
Des fous !! Un château en construction ! Comme au moyen-âge ! Comme au XIII siècle ! Il faut que j’aille voir cela ! Ce sont mes premières pensées lorsque j’ai entendu parler de ce projet, il y a une dizaine d’années…” Lire la suite

Voter pour cette histoire rurale

 

“Petit tour à Cologne, la magnifique Cologne…” publiée par Sylvie sur Gersicotti Gersicotta
Description toute en photos d’un petit village du Gers.
“Je m’étais promis, depuis Mars 2009, alors que j’avais randonné autour de Cologne sans appareil photo puisque celui que j’avais à l’époque m’avait fait la blague de tomber en panne la veille, de retourner à Cologne tout simplement pour vous montrer comme c’est beau.” Lire la suite

Voter pour cette histoire rurale

 

“Par chez moi” publiée par Sophie sur À travers le monde
Souvenirs bourguignons d’une globe-trotteuse.
“Certes j’habite Tahiti mais ne suis pas Polynésienne. Je suis Bourguignonne. Certes, j’aime voyager, découvrir d’autres horizons, et pourtant, malgré l’éloignement, mon côté blog-trotteuse et modeuse, je suis très attachée à mes racines.” Lire la suite

Voter pour cette histoire rurale

 

“La légende de la Pierre Gonthier d’Alligny-en-Morvand” publiée par Serge sur Le Moulin de Marnay
Une dispariton mystérieuse dans le Morvan du XIXe siècle.
“C’était pour la Saint Martin de 1874 que le jeune Lazard Barolier avait été engagé comme manouvrier au moulin de Marnay. Habitant depuis toujours la vallée, il connaissait bien le patron Jean Barbotte. Il n’était pas homme facile mais il fallait bien “faire tourner sa roue” – Comme il disait -.” Lire la suite

Voter pour cette histoire rurale

 

“Pensées d’un homme” publiée par Jean sur Aux Feuillantines
Trois poèmes dédiés à la beauté de la nature.
“Retrouvons trois poèmes de Jean de Baulhoo lus par Bénédicte Boullet et l’auteur, extrait de l’ensemble disponible en CD ou téléchargement sur VOolume.fr. La musique des mots nous bercent.” Voir la suite

Voter pour cette histoire rurale

 

“Une proie sauvée par la frayeur de son prédateur …” publiée par Tjeert sur Le Château de Prat Niau
Récit photographique d’une rencontre entre une grenouille et une couleuvre.
Au cours d’une randonnée j’ai vu une couleuvre avec une tête deux fois plus grande que la normale. Ils lui sortaient 2 pattes de grenouille de sa bouche. Effrayée par notre présence, elle a laissé sortir un crapaud, avec un mouvement souple.” Lire la suite

Voter pour cette histoire rurale

 

“Anecdote de flop rural” publiée par Patricia sur Au Pied des Chaumes
Ou comment les bruits de la nature peuvent tromper les citadins.
“L’autre matin, un couple rejoint le petit groupe au petit-déjeuner. Après le petit bonjour matinal, nous leur demandons s’ils ont passé une bonne nuit… et là, le monsieur nous demande où sont les vaches qui ont beuglé toute la nuit….” Lire la suite

Voter pour cette histoire rurale

 

Les prix : les 3 premiers gagnants recevront un chèque cadeau d’une valeur de 250€ (pour le post arrivé 1er), 175€ (pour le 2e) et 100€ (pour le 3e) à valoir dans un magasin Décathlon. Les autres finalistes recevront une clé USB de 2 GB.

Le gagnant sera annoncé sur ce blog le vendredi 14 octobre.

À vos votes et bonne chance à tous ! 🙂

Mon histoire rurale : écouter et orienter les vacanciers

Aujourd’hui, Marie-Andrée partage son expérience en tant que propriétaire du gîte la Maison Buisson en Savoie.

“En 1982, nous avons décidé de restaurer la ferme de nos ancêtres en Savoie à Saint-Jean-d’Arves. Notre objectif était de faire de la location saisonnière. Les débuts furent difficiles à cause de nos obligations professionnelles mais nos parents nous ont beaucoup aidés pour accueillir les vacanciers.

Prendre le temps d’écouter les vacanciers

Maintenant, nous sommes à la retraite, c’est agréable de prendre le temps de discuter, d’écouter, d’orienter des vacanciers qui souvent ne connaissent pas la montagne. Beaucoup d’activités sont proposées aux vacanciers : randonnée avec accompagnateur ou avec des ânes de bât, tir à l’arc, équitation, tennis, cyclisme, VTT, découverte des cols mythiques, visites de la fromagerie, de la miellerie, traite en alpage et un plus pour nous : le développement de la station avec l’agrandissement du domaine skiable : Les Sybelles (6 stations reliées).

“C’est raide mais le paysage est magnifique

Nous n’avons pas eu de mauvaises expériences avec les vacanciers sauf un cycliste qui trouvait les routes de montagnes trop raides. “Je ne reviendrai plus dans ce pays” d’un ton sec et furieux…. Mais le jour de son départ : “c’est raide mais le paysage est magnifique”.

Nous ne regrettons pas notre expérience qui nous permet de garder la forme en côtoyant des vacanciers. Nous louons en toutes saisons et les vacances en Savoie sont ‘Sybelles’…”

Marie-Andrée Buisson, Maison Buisson